Guide pratique sur la liposuccion douce

liposuccion

Soigner sa silhouette est une préoccupation quasi permanente surtout pour la gent féminine. L’accumulation des masses adipeuses dans différentes parties du corps entraîne inévitablement de réelles gênes pour beaucoup de gens. De multiples techniques sont alors utilisées pour remédier à ce mal-être. Ainsi, la liposuccion douce est une pratique qui fait ses preuves dans le domaine de la chirurgie esthétique. Elle doit quand même tenir compte de certaines dispositions pour réussir.

Dans quel cas pratiquer la liposuccion douce ?

La liposuccion douce est une intervention consistant à aspirer les amas de graisse dans le corps à l’aide des canules. Elle est pratiquée sur les personnes, sans distinction de sexe, soucieuses de modifier l’aspect extérieur de son corps. Les zones concernées par cette technique sont multiples. Elle apporte des résultats encourageants pour le traitement des phénomènes poignée d’amour et culotte de cheval. Les chevilles, les mollets, le dos et d’autres endroits peuvent de même être traitées par cette technique, avec succès.

La liposculpture est une forme de liposuccion douce destinée à donner un meilleur aspect à une partie du corps. Elle consiste à aspirer des corps gras accumulés à certains endroits provoquant une déformation gênante de la partie concernée. Par cette technique, l’extraction des graisses se fait, à l’aide des canules fines, sur une zone ciblée du corps humain.

Enfin, la liposculpture peut aussi être utilisée pour modeler une région du corps ayant déjà subie une liposuccion classique. Elle est surtout basée sur l’aspect esthétique et artistique de l’intervention. Elle requiert une certaine expérience, une réelle sensibilité et une grande dextérité du praticien.

Les avantages de la liposuccion douce

Le procédé qui consiste à intervenir sous anesthésie locale est l’un des points forts d’une liposuccion douce. La technique permet ainsi de préserver le patient du stress occasionné par les effets probables d’une anesthésie générale. Ainsi, on peut dire qu’une personne subissant une intervention de liposuccion douce se trouve dans un état d’esprit plus serein.

En outre, une opération de liposuccion douce est effectuée à l’aide d’une canule très fine. Dans la pratique, l’aspiration des graisses est alors ressentie par le patient avec moins de douleur. D’ailleurs, une opération de liquéfaction de graisses effectuée avant l’extraction, facilite dans une certaine mesure, l’intervention. Il est quand même nécessaire de noter que la liposuccion douce est utilisée pour extraire une quantité assez limitée de graisses. Pour une masse graisseuse importante, le recours à une liposuccion classique est plus approprié.

Le temps relativement court de la durée de l’intervention et de l’hospitalisation est aussi un réel avantage pour cette technique. Une liposuccion douce ne nécessite généralement qu’une seule journée d’hospitalisation.

Les préparations pour une liposuccion douce

Avant de pratiquer une liposuccion douce, le patient doit subir une série d’examens approfondis. Le chirurgien doit connaître tous les antécédents médicaux de la personne pour pouvoir agir avec une meilleure condition. Une liposuccion sur les personnes diabétiques ou ayant une tension artérielle élevée est, par exemple, contre-indiquée. Il en est de même pour les personnes atteintes de leucémie ou celles ayant un problème de coagulation du sang. D’autres types de maladies peuvent nécessiter aussi une attention particulière avant de procéder à une opération. La liposuccion ne doit pas être pratiquée sur les adolescents, car ils sont encore dans une phase de croissance. Elle est aussi contre-indiquée pour les personnes obèses présentant une accumulation trop importante de graisses.

En outre, l’élasticité de la peau et des muscles du patient est aussi un paramètre déterminant pour l’opération. Après examen minutieux, il appartient au chirurgien de décider de la faisabilité de l’intervention.

Pour que l’intervention se fasse dans de bonnes conditions, le patient doit cesser de fumer et de consommer des boissons alcooliques. Il faut aussi demander l’avis du médecin pour toute prise de médicaments. En effet, certains médicaments peuvent rendre la cicatrisation plus difficile.

Le chirurgien a un rôle capital à jouer dans la préparation psychologique du patient. Le déroulement de l’opération doit être lui expliqué d’une manière détaillée pour pouvoir le rassurer. Le soutien moral de ses proches lui est aussi d’une très grande utilité.

Enfin, le patient doit être tenu au courant du coût de l’intervention au moment opportun. Une liposuccion n’est pas remboursée par la sécurité sociale.

Les précautions à prendre après une liposuccion douce

Le port de gaine ou de collant de contention, pendant un bout de temps, est recommandé, après l’opération. Cette pratique doit permettre à la peau de bien se raffermir. Elle permet aussi d’éviter la formation éventuelle de caillot dans les veines.

Il est de même important de faire des contrôles pour permettre au chirurgien de connaître l’évolution du traitement. Le réel changement commence à être perceptible quelques semaines après l’opération. Pour maintenir la bonne silhouette, il est nécessaire de prendre une alimentation saine, équilibrée et de faire un exercice physique journalier.

Une liposuccion s’accompagne le plus souvent d’une courbature qui persiste même quelques jours après l’opération. La prise d’antalgiques conformément aux conseils du médecin traitant est alors nécessaire, dans la plupart des cas.

Enfin, il se peut que des hématomes et des œdèmes apparaissent sur les zones traitées. Ces anomalies disparaissent normalement après quelques jours.

Quand envisager une abdominoplastie ?
Liposuccion en Tunisie : Pour qui ?